BLEUE.

Publié le par DUSTER

Elle est belle
Elle est fragile
Elle est celle
Qui nous fascine
A pivoter sur son axe
Elle nous donne le tournis
Dans toutes les galaxies
Nous sommes les plus vernis
Que l'on soit dans l'hémisphère Nord
Ou la tête à l'envers
Elle nous émerveille encore
Même si on habite à Anvers
Avec ses mers bleutées
Ses terres verdoyantes
Ces ciels azurés
Et ses couleurs changeantes
Avec ses êtres humains
Ah!... l'humain!...

La seule erreur de la nature
Mais ne perdons pas de temps en conjectures
Celui qui construit
Celui qui détruit
Celui qui fout tout en l'air
Même des satellites
Qui nous retombent sur la tête
Comme des stalactites
Victimes du dégel
Qui pourrit la planète
Parce qu'il s'en croit le maître
Moi, petite crevette,
Pour qu'on vive encore ici
Je lui lance un défi :

Celui de remettre tout en ordre
De restaurer la concorde
De mettre les pendules à l'heure
D'éradiquer les peurs
De cesser de faire la guerre
D'abolir les frontières
De limiter les déchets
De dire qu'avec nos pets
Nous trouons la couche d'ozone
D'arrêter de fout' la zone
De respecter les animaux
De voir à utiliser l'eau
Avec parcimonie
Du papier recyclé
Pour nous torcher les fesses
De vivre enfin en harmonie
Dans ce qu'on pourrait appeler
Un monde parfait
Et d'arrêter de faire des promesses
Qui n'aboutissent jamais.

Lorsqu'il aura fait ça
Il aura bien avancé
Mais pour cela
Faudrait déjà se remuer
Quand il aura fini
Il pourra s'occuper
De toutes les maladies
Des gaz toxiques
Et de toutes les fumées
De nos fosses nasales
Sur ce je suis sceptique
Non je n'ai pas trop visionné
De documentaires sur Arte
J'ai simplement regardé
Et je n'ai pas apprécié
Ce que j'ai vu autour de moi
Quand j'avais les pieds dans l'caca.

D'extraire du pétrole
Pour nous maquiller
De faire des trous dans le sol
Pour de diamants nous parer
D'être moins individualistes
Nous qui sommes connectés
Est-ce un euphémisme
De dire que nous sommes égoïstes
Et pas très attachés
A la souffrance des autres
Ou bien de la lâcheté
Que l'on préfère ignorer
Parce que ça nous arrange
Parce que ça nous dérange
D'avoir besoin de l'autre.

Alors
Avant que comme ces étoiles
Qui scintillent au loin
Nous vissions un astre mort
Peignons la toile
De notre destin
Avec des paillettes d'or
Demandons pardon
A notre terre dévastée
Exprimons nos remords
Et agissons pour notre éternité
D'accord
Y'a du boulot
Et comme le bouleau
Qui renouvelle son écorce
Remettons avec force
Nos cerveaux en chantier.

Quand ce sera fini
Je recommencerai
Je rajouterai des bouts
Sur bien d'autres sujets
Afin qu'il comprenne
Que s'il ne prend pas le pli
De faire de ces concessions
Des actes de tous les jours
A rien cela n'aura servi
Qu'à nous foutre dans la mouïse
Un peu plus que jusqu'ici.

Et puis p'tet qu'un jour
Venus d'une autre sphère
Des êtres pareils à nous
Viendront nous visiter
Et que tout éblouis
Par notre humanité
Décident de faire leur
Notre chère patrie
Et nous dépouillent
De tout notre espace
Mais n'anticipons pas
Nous ne sommes que des fourmis
Vivants sous la lueur
D'un soleil affadi
Et alors il faudra qu'ils se fouillent
Pour prendre notre place
Car nous en serons fiers
De notre belle chérie
Qu'à nulle autre pareille
On ne saurait comparer
Car aucune autre merveille
Ne peut lui ressembler
Elle est belle... Elle est fragile....

 

Publié dans DUSTER

Commenter cet article